Home » Posts tagged 'titulaire de cours'

Tag Archives: titulaire de cours

Les enseignants de la filière en Linguistique

 

De Brabanter Philippe : Président de la Filière

Email : Philippe.De.Brabanter@ulb.ac.be

Bureau : AZ4.109

Philippe De Brabanter est chargé de cours en linguistique anglaise à l’ULB. Auparavant, il a été maître de conférences à l’Université Paris-Sorbonne (Paris IV) et membre de l’Institut Jean Nicod de Paris, où il a aussi effectué un séjour postdoctoral (https://fr.wikipedia.org/wiki/Institut_Jean-Nicod). Son domaine de recherche principal est l’interface sémantique-pragmatique, avec une attention particulière portée à la citation, surtout dans sa forme « hybride », dans laquelle un acte iconique, citationnel, se superpose à un segment de phrase en emploi ordinaire, comme dans Elle ne cessait d’utiliser des « synecdoques doubles ». Dans un rapport direct avec ces phénomènes se trouve la forme délibérée de la « déférence sémantique », qu’on lie souvent à la question de la maîtrise imparfaite d’un concept. Philippe De Brabanter a publié largement sur ces deux sujets. Par ailleurs, il s’intéresse à un éventail de questions de linguistique anglaise, de l’expression du temps (tense) aux adjectifs de couleur, en passant par les constructions qui « structurent l’information ». Un dernier domaine d’activités est celui du contact des langues, surtout les questions liées à l’alternance codique (code-switching/mixing).

 

Philippe De Brabanter is an associate professor of English linguistics at the ULB. Previously he taught at Paris-Sorbonne (Paris IV) and was a postdoctoral fellow and then member of Institut Jean Nicod in Paris (https://en.wikipedia.org/wiki/Institut_Jean_Nicod). His primary interest lies in a range of topics situated at the interface between semantics and pragmatics. Chief among these is quotation, especially in its ‘hybrid’ variety, in which an iconic, quotational, act is superimposed upon part of a sentence in ordinary use, as in She was using ‘double synecdoches’ all the time. Directly related to this is the so-called ‘deliberate’ variety of semantic deference, often assumed to reflect the ‘imperfect mastery’ of a concept. Philippe De Brabanter has published extensively on both these topics. In addition, he works on a range of issues in English linguistics, from the expression of tense to colour adjectives, through information-packaging constructions. A last area of research is language contact, with special attention for code-switching/mixing.

Site personnel : http://homepages.ulb.ac.be/~pdebraba/

Projet : http://refer.ulb.be/refer/Redirect_Fr_or_Eng.html

 

BIJLEVELD Henny

Email: Henny.Bijleveld@ulb.ac.be

Bureau AZ4.110

Née aux Pays-Bas, diplômée en langues germaniques et en neurolinguistique, docteur en neurolinguistique (spécialité: bégaiement (de développement et neurologique), enseigne la neurolinguistque et dispense des enseignements dans le cadre des cours de linguistique néerlandaise et d’étude synchronique de la langue néerlandaise. Elle a collaboré à plusieurs ouvrages sur le bégaiement et écrit plusieurs articles sur ce sujet. Par ailleurs, elle a collaboré à l’élaboration du livre Néerlandais de A à Z et à plusieurs manuels scolaires.

 

Bochner Grégory :

Email : Gregory.Bochner@ulb.ac.be

Bureau : DB8.152

Post-doctorant en linguistique et philosophie du langage.

Publication : http://ulb.academia.edu/GregoryBochner

BOUILLON Pierrette :

Email : Pierrette.Bouillon@ulb.ac.be

Bureau :

 

CALABRESE Laura :

Email : Laura.Calabrese@ulb.ac.be

Bureau : DB11.120

Laura Calabrese enseigne la sociolinguistique, l’analyse de discours et la communication. Elle est rattachée aux centres de recherche ReSIC (sciences de l’information et de la communication) et Ladisco (linguistique). Elle travaille notamment sur les discours médiatiques et le discours médiatisé des publics. Après avoir travaillé sur la mise en discours de l’événement dans les médias d’information, elle mène des recherches sur le discours des lecteurs, plus particulièrement l’utilisation du dispositif du commentaire et les incidences sur le discours des journalistes. Elle s’intéresse également à des problématiques de nomination (par les journalistes ainsi que les lecteurs), ce qui l’a menée à étudier des polémiques sémantiques autour de mots liés notamment à la multiculturalité (islamophobie, migrant/réfugié), qu’elle étudie dans une perspective de sémantique discursive.

Site personnel : https://ulb.academia.edu/LauraCalabrese

Damar Marie-Eve :

Email : Marie-Eve.Damar@ulb.ac.be

Bureau : AZ3.103

Passionnée de grammaire, j’enseigne depuis 2000 et j’ai commencé la recherche en 2004, désireuse d’exploiter de nouvelles façons d’enseigner la grammaire. Depuis mon doctorat, obtenu en 2009, j’enseigne la linguistique, la grammaire française, la linguistique appliquée et la communication écrite à l’ULB et l’UMons.

Publication : https://mevedamar.wordpress.com/themes-de-recherche/

Site personnel : https://mevedamar.wordpress.com/

Danblon Emmanuelle

Email : Emmanuelle.Danblon@ulb.ac.be

Bureau : AZ4.118

 

Dominicy Marc :

Email : Marc.Dominicy@ulb.ac.be

Bureau : AZ5.112

Ma recherche comporte un volet poétique, un volet rhétorique et un volet philologique. Mes travaux sur la genèse et la constitution des textes poétiques couvrent trois domaines : la typologie métrique, la génétique textuelle et la théorie de l’évocation. La typologie métrique vise à décrire les diverses structures attestées dans les traditions poétiques à partir d’une série limitée de paramètres universels. Les phénomènes abordés concernent notamment la césure et ses différents modes de fonctionnement, l’adaptation des profils accentuels, les fondements du poids syllabique, la classification des rimes et des strophes. Par ailleurs, je m’intéresse aux processus mentaux et linguistiques qui président à la genèse des textes poétiques, en exploitant un corpus essentiellement français (notamment Baudelaire, Rimbaud, Mallarmé et Apollinaire). Cette composante de ma recherche possède une dimension philologique (en raison de la nécessité qu’il y a d’élaborer des éditions totalement fiables et exploitables) et une dimension cognitive qui se rattache à la théorie de l’évocation et, de manière plus générale, à la philosophie de l’esprit. De même, mes travaux sur l’interface entre poétique et rhétorique, et notamment sur le discours de l’éloge et du blâme, concernent tant le développement historique de cette dualité que ses racines cognitives. Mes travaux philologiques sont surtout consacrés à la critique textuelle de poètes grecs et latins (avant tout, Catulle et Properce). Ma démarche vise à légitimer une approche qui, sans nier la corruption des vulgates généralement reçues, s’oppose à l’hypercriticisme au nom d’un conservatisme modéré qui s’appuie sur une exploration systématique des intertextes et adhère au principe d’une explication économique et plausible des fautes postulées.

 

Site personnel : http://ulb.academia.edu/DominicyMarc

GOBIN Corinne

Email : Corinne.Gobin@ulb.ac.be

Bureau :

 

Kissine Mikhail : Directeur du centre de recherche en linguistique : LaDisco

Mikhail Kissine est arrivé de Russie avec sa famille alors qu’il n’avait que 10 ans. Bilingue russe-français depuis lors et entouré d’une famille de littéraires et philologues, c’est tout naturellement qu’il a développé une passion pour les langues.  » Mon père est compositeur et se base fréquemment sur des poèmes russes pour ses œuvres « , explique Mikhail Kissine.  » À mon adolescence, j’ai commencé à essayer de traduire ces poèmes « . Bien qu’il hésite un moment à entreprendre des études de mathématiques ou de physique théorique, le jeune homme suit finalement son instinct et opte pour des études de philologie romane à l’Université Libre de Bruxelles.

Lors d’un séminaire donné dans le cadre de son cursus, Mikhail Kissine a une révélation : il découvre la linguistique.  » On est rarement au courant de cette discipline lorsqu’on termine l’école. Personnellement je me suis rendu compte que la linguistique me permettrait d’étudier le langage et le comportement humain dans un cadre très rigoureux et naturaliste « , indique Mikhail Kissine. A partir de ce moment-là, une carrière de chercheur dans ce domaine devient une évidence pour l’étudiant.

Au cours de ses licences en linguistique, ce dernier a déjà l’opportunité de toucher au monde de la recherche en collaboration avec la VUB sur un projet de socio-phonétique. Une fois son diplôme en main en 2003, le jeune homme obtient une bourse de la Fondation Wiener-Anspach pour effectuer un master en linguistique à l’Université de Cambridge.

En 2004, il réintègre l’ULB pour se lancer dans une thèse de doctorat à l’Unité de Recherche en Linguistique.  » Je tenais absolument à travailler avec mon ancien promoteur de mémoire Marc Dominicy « , explique Mikhail Kissine. Sa thèse, complétée en 2007, fut consacrée aux  » actes de langage  » – aux facteurs cognitifs et contextuels qui font qu’une même phrase va tantôt être interprétée comme un ordre, tantôt comme une menace, tantôt comme une affirmation. Un livre tiré de cette thèse vient de paraître chez Cambridge University Press.

Le jeune chercheur poursuit son parcours par un post-doctorat grâce à un mandat de Chargé de Recherches au FNRS et décroche, en octobre 2012, un poste de Premier assistant au Département de Langues et Lettres de la Faculté de philosophie et lettres de l’ULB. De manière générale, ses recherches portent sur les des fondements cognitifs de la pragmatique : .  » Je m’intéresse plus particulièrement à tout ce qui a trait à l’influence du contexte sur l’interprétation, comme par exemple lorsqu’on a recours à l’ironie ou à des métaphores « , précise Mikhail Kissine.  » Dans la plupart des cas, la prise en compte du contexte et de l’interlocuteur reste automatique et subconsciente. Mais une façon de comprendre comment ces processus fonctionnent, c’est de se tourner vers des personnes chez qui, justement, ils ne sont pas entièrement fonctionnels. Dans le cadre de me recherches, je travaille notamment avec des personnes atteintes d’autisme, dont j’analyse la communication verbale et non verbale « , poursuit-il. Un aspect de son travail que le jeune homme apprécie particulièrement ce sont les nombreuses collaborations et l’interdisciplinarité qu’il nécessite.

En ce qui concerne l’enseignement :  » c’est quelque chose qui me faisait peur avant de commencer, plus peur que de prendre la parole devant un parterre de collègues. Je trouve que c’est une grosse responsabilité. Mais maintenant que le pas est franchi, j’apprends énormément de choses, tant dans les grands auditoires de BA qu’avec les étudiants de MA en linguistique, qui sont particulièrement motivés. C’est très gratifiant « , indique Mikhail Kissine. Aujourd’hui le jeune homme préside le master en linguistiques dont il a contribué à refondre le programme.  » Nous proposons une formation encore plus interdisciplinaire et en synergie avec d’autres universités belges et étrangères « , souligne-t-il.

Durant le temps libre qu’il lui reste, Mikhail Kissine aime s’investir dans des films documentaires que certains de ses amis réalisent mais également consacrer du temps à ses premiers amours: la littérature russe et la poésie.

Projet actuel :

ACTE (Autism in Context — Theory & Experiment / Autisme en Contexte — Théorie & Expérience)

The BIBI project (impact of bilingualism and bi-dialectalism on cognitive and linguistic development)

Publication : http://ulb.academia.edu/MikhailKissine

Sites : http://acte.ulb.be/index.php/en/team2/team/team/1

http://ladisco.ulb.ac.be/fr/

KREUTZ Philippe :

Email : Philippe.Kreutz@ulb.ac.be

Bureau : AZ5.112

Le secteur de la linguistique dans lequel s’exerce mon activité scientifique est celui de la sémantique et de la pragmatique des langues naturelles (avec le français et l’anglais comme point d’ancrage). Mes recherches actuelles sont plus spécifiquement centrées sur le thème de l’ellipse du complément infinitival de certains verbes (semi-) modaux (ex : pouvoir, réussir, commencer, accepter, essayer, oser, avoir le droit., oublier..). Ainsi on peut dire (1) mais pas (2), en dépit de la quasi-synonymie des verbes essayer et tenter.

(1) Si tu avais essayé plus longtemps, tu serais parvenu à la contacter

(2) Si tu avais tenté plus longtemps, tu serais parvenu à la contacter

Les premiers résultats de cette vaste recherche, initiée en 1999, montre que l’ellipse verbale relève de la même forme d’implicitation sémantico-pragmatique que deux autres phénomènes liés à la cohérence discursive, à savoir la présupposition (sujet de ma thèse en 1995) et l’interprétation enrichie des connecteurs temporels (thème abordé récemment par le professeur Dominicy). J’analyse, dans une perspective résolument cognitive, comment l’interprétant d’un discours récupère et organise l’information implicitée, sur base de ses représentations de la causalité événementielle, intentionnelle et actionnelle.

C’est la raison pour laquelle, j’examine, notamment dans le cadre de la théorie searlienne de l’Intentionnalité, en quoi l’interprétation du discours s’ancre dans nos conceptualisations de l’action et de l’émotion (via des stéréotypes, des scripts et les représentations que nous nous formons de la temporalité et de la motivation cognitive ou émotive à agir). De par ses liens étroits avec la question des émotions et de l’action, ma vision résolument cognitive de l’ellipse verbale est à mettre en rapport avec les travaux que mène Fabienne Martin dans le cadre du projet Mini-Arc  » Les adjectifs d’émotions : une fenêtre sur la cognition « , projet dont je suis le promoteur.

 

Jaspers Jürgen :

Email : Jurgen.Jaspers@ulb.ac.be

Bureau AZ4.107

Si vous aviez croisé Jürgen Jaspers lorsqu’il était enfant et que vous lui aviez demandé ce qu’il voulait faire plus tard, ce dernier vous aurait répondu :  » Danseur, acteur, chanteur ou peut-être les trois à la fois ! « . Plus tard, face au choix de ses études supérieures, le jeune homme décide pourtant de se lancer dans les langues et littératures germaniques à l’Université d’Anvers. En parallèle, Jürgen Jaspers suit les cours d’agrégation de l’enseignement secondaire supérieur et obtient ses deux diplômes en 1997. Il découvre alors la possibilité de faire une carrière en tant que chercheur.  » J’étais très attiré par le fait de pouvoir gagner ma vie en lisant, en étudiant et en réfléchissant « , explique le jeune homme.  » J’avais également été marqué par un cours appelé  » la communication interculturelle et internationale  » durant mon cursus. Ce cours m’a ouvert les yeux « , poursuit-il.

Jürgen Jaspers entame ensuite une thèse de doctorat à l’Université d’Anvers. Ses recherches portent alors sur l’ethnographie du langage d’un groupe de garçons au sein d’une école secondaire de la ville.  » Mes recherches visaient à analyser comment et avec quels effets ces élèves utilisaient de manière ludique différentes variétés du néerlandais « , précise le chercheur. Un mandat de Chargé de Recherche au FWO (équivalent du FNRS en Flandre) lui permet de poursuivre ses travaux sur la description et l’explication du langage quotidien des élèves et professeurs dans l’enseignement néerlandophone.

A cette époque, son rêve d’enfant lui trottant toujours dans la tête, le jeune homme suit également des cours à temps partiel d’enseignement du théâtre à l’Académie de théâtre de Maastricht.  » J’avais besoin de savoir si j’en étais capable et s’il y avait une part de vérité dans mes rêves d’enfant « , indique Jürgen Jaspers. Ce dernier se rend alors compte que, bien que son intérêt pour le théâtre était bien réel, quelque chose le passionne davantage désormais : la sociolinguistique.

Il postule en 2012 pour un poste de Chargé de cours à l’Université Libre de Bruxelles qu’il obtient et démarre en octobre 2012.  » C’est pour moi une excellente possibilité de transformer ma passion en une profession à long terme « , souligne le jeune homme. Les recherches de Jürgen Jaspers portent actuellement sur trois volets : 1) le langage, les attitudes et la politique langagière à l’école, 2) le néerlandais contemporain et urbain, 3) l’explication du phénomène  » tussentaal « , c’est-à-dire le langage qui ne se laisse décrire ni comme langage standard ni comme dialecte.  » Le but ultime de ces recherches est de comprendre pourquoi on parle comme on parle et pourquoi on peut mal interpréter ce que les autres disent « , résume Jürgen Jaspers. Côté enseignement, celui-ci donne cours de linguistique néerlandaise aux étudiants du 1er et 2ème cycle en Langues et littératures modernes, orientation germanique.

Le reste de son temps, le jeune homme le partage un maximum avec sa compagne et, à l’occasion, enfile sa casquette de supporter pour soutenir les coureurs cyclistes tels que Tom Boonen et Philippe Gilbert.

Présentation des enseignements: Linguistique néerlandaise

Publications: https://ulb.academia.edu/J%C3%BCrgenJaspers et voir ‘Di-fusion’ (http://difusion.ulb.ac.be/)

Projet actuel : Between the devil and the deep blue sea (http://between-devil-and-deep-blue-sea.ulb.be/fr/)

Paquier Philippe

Email :  Philippe.Paquier@ulb.ac.be

Bureau :

Rosier Laurence

Email : Laurence.Rosier@ulb.ac.be

Bureau : AZ3.106

Grammaire de la phrase et grammaire du texte [Grammar in the sentence and in the text] Etude systématique de la structure de la phrase et du texte/discours.L’intégration de deux ou plusieurs propositions/phrases dans une plus grande unité de grammaire est traditionnellement envisagée depuis la grammaire classique (Aristote, Port-Royal), selon deux modèles de base : la subordination et la coordination des propositions par le biais desquelles un étroit parallélisme est souvent relevé entre le fonctionnement des classes de mots, d’une part, et celui des propositions, d’autre part (par exemple, les adjectifs et les propositions relatives). Toutefois, des recherches récentes dans le domaine de la linguistique théorique, ainsi qu’en typologie linguistique, ont montré que cette approche binaire de la liaison de propositions ne parvient pas à rendre compte de la diversité des phénomènes mis en oeuvre par les connexions de prédications. Les recherches entreprises dans ce cadre concernent l’étude des modes de liaisons de propositions. [Systematic study of the structure of the sentence and text/speech. The incorporation of two or more sentences within a larger grammatical unit is traditionally subdivided since the classical grammar (Aristotle, Port-Royal) in two basic models: the subordination and the coordination of clauses, by which a tight parallelism is often assumed between the functioning of word classes on the one hand and that of clauses on the other hand (e.g. adjectives and relative clauses). However, recent research in the field of theoretical linguistics as well as in language typology has shown that such a binary approach of clause linking fails to catch the diversity of phenomena implicated by predicate connections. The researches in this frame intend to study the patterns of clause linkage.]

Le discours rapporté (écrit/oral) [Indirect speech (written/oral)]

Histoire des théories et description systématique des pratiques de discours rapporté [History of the theories and systematic description of the practices of reported speech]

Site personnel : http://ulb.academia.edu/LaureRosier

Van RAEMDONCK Dan :

Email : Dan.Van.Raemdonck@ulb.ac.be

Bureau : AZ3.103

  • Docteur en Philosophie et Lettres à l’Université Libre de Bruxelles, thèse effectuée en linguistique française sous la direction de Marc Wilmet :L’ADVERBE FRANÇAIS. NATURE ET FONCTIONS.
  • Professeur de linguistique française à l’Université Libre de Bruxelleset à la Vrije Universiteit Brussel.
  • Vice-Doyen  de la Faculté de Lettres, Traduction & Communication de l’ULB
  • Secrétaire général de la FIDH (Fédération internationale des Ligues des Droits de l’Homme)
  • Disciplines :
    • Linguistique française : morphologie, syntaxe, sémantique, analyse du discours, enseignement du français FLM et FLES.
    • Droits de l’Homme

 

Site : http://gramm-r.ulb.ac.be/danvanraemdonck/

Université de Mons (UMons)

HARMEGNIES Bernard : Premier Vice-Recteur de l’UMons

Email : bernard.harmegnies@umons.ac.be

Bureau :

Psycho-pédagogue de formation initiale, B. Harmegnies a débuté sa carrière scientifique en tant que chercheur (1979), puis assistant (1981) à la Faculté des Sciences Psycho-Pédagogiques de l’Université de Mons-Hainaut. C’est sous la direction d’un physicien (A. Landercy) qu’il y a préparé sa thèse de doctorat au sein du Laboratoire de phonétique. Il  a été nommé premier assistant en 1988, puis chef de travaux (1992), chargé de cours (1992), professeur (1997) et finalement professeur ordinaire (1998).

Sa charge d’enseignement comporte deux volets: d’une part, la formation à la recherche expérimentale et aux approches quantitatives en sciences humaines (statistiques, métrologie), d’autre part les sciences du langage. Il a prêté son concours aux enseignements de plusieurs hautes écoles (Conservatoire de Mons, Condorcet, Léonard de Vinci) et universités (ULB, ULg, Université de Lisbonne, Université Autonome de Barcelone).

Le laboratoire de phonétique qu’il dirige, composé d’une équipe fortement multidisciplinaire, se centre principalement, dans une approche résolument transdisciplinaire, sur l’étude du traitement cognitif du langage chez l’humain, étudié par le biais de dispositifs expérimentaux et observationnels centrés sur le traitement et l’analyse du signal de parole. B. Harmegnies exerce diverses responsabilités scientifiques internationales et nationales. Il est l’un des quatre membres du comité scientifique de l’école doctorale près le FNRS pour le domaine « psychologie et sciences de l’éducation » et a assuré la présidence de la commission 22 du FNRS (psychologie et sciences de l’éducation). Il est à l’origine de la fondation de l’Institut de Recherche en Sciences et Technologies du langage, dont la présidence lui a été confiée dès sa création (2012).

A l’UMH, il a exercé de nombreuses responsabilités gestionnaires, dont la direction de l’Institut des sciences du langage, la vice-présidence du CISH, le secrétariat académique de l’Université et, pendant six ans, le décanat de la FPSE; dans ce cadre, il a assuré durant les 3 dernières années de son mandat la présidence de la Conférence des doyens des facultés de psychologie et de sciences de l’éducation de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Il est, depuis 2009, le Premier Vice-Recteur de l’Université de Mons.

Publication : http://applications.umons.ac.be/webappspub/wsxmlpubs/GetList.aspx?matricule=500217&output=html

Delvaux Véronique

Email : veronique.delvaux@umons.ac.be

Bureau : Place du Parc, 18 – 7000 Mons. Étage 1 – bureau 1.7.

Véronique Delvaux est titulaire d’un diplôme de Licenciée en Philologie Romane obtenu, ainsi que l’Agrégation de l’Enseignement Secondaire Supérieur, en 1997 à l’ULg. Son intérêt pour la phonétique la conduit au Laboratoire de Phonologie Expérimentale de l’ULB, où elle mène ses recherches doctorales en tant qu’aspirante FNRS. En 2003, elle y défend sa thèse de doctorat : « Contrôle et connaissance phonétique: les voyelles nasales du français ». C’est en 2004 qu’elle rejoint le Laboratoire de Phonétique dirigé à Mons par le prof. B.Harmegnies.

En 2005, elle effectue un séjour de recherches post-doctorales au Laboratoire de Phonétique de l’Université du Québec à Montréal (dir.: Lucie Ménard).

Tour à tour chargée de recherches au FNRS (2004-2008), puis chercheur senior dans le cadre des projets de recherche « Cogniphon » (2009-2012) et, plus récemment, « Parolpathos » (conventions ARC), Véronique Delvaux est aujourd’hui chercheur qualifié du FNRS. Ses travaux scientifiques concernent la nasalité vocalique, le contrôle et la connaissance phonétique, l’imitation et la convergence phonétique, la production et la perception de la parole en langues étrangères, et l’évaluation de la parole en phonétique clinique. Elle a fait partie, au cours des dernières années, du Comité Scientifique de nombreuses manifestations scientifiques internationales (JEP: Journées d’Etude sur la Parole; LabPhon : Laboratory Phonology;  Interspeech ; JPC : Journées de Phonétique Clinique; ‘Special session on nasalization’ à ICPhS : International Congress in Phonetic Sciences) et a effectué divers travaux de reviewing pour des revues référencées (Phonetica, JIPA, Speech Communication, Journal of Phonetics, etc.).

Précédemment chargée d’enseignement à l’ULB, Véronique Delvaux est depuis 2010 chargée de cours à temps partiel à la Faculté de Psychologie et des Sciences de l’Education de l’UMONS, où elle enseigne la phonétique expérimentale, la phonétique clinique et la méthodologie de la recherche aux futurs logopèdes, psychologues et traducteurs-interprètes.

Elle est présidente du Conseil d’Administration de l’Association Francophone de la Communication Parlée (AFCP), qui relève de l’International Spoken Communication Association (ISCA).

Publication : http://applications.umons.ac.be/webappspub/wsxmlpubs/GetList.aspx?matricule=503152&output=html

 

DutoiT Thierry : Président de l’Institut Numediart

Email : thierry.dutoit@umons.ac.be

Bureau : bd Dolez, 31 – 7000 Mons

Enseignement

  1. Dutoit est docteur en Sciences Appliquées et Professeur Ordinaire à l’UMONS (Faculté Polytechnique). Il y enseigne la théorie des circuits et le traitement du signal, y compris dans ses applications audio et biomédicales.

Recherche

Entre 1996 et 1998 T. Dutoit a passé 15 mois aux laboratoires Bell Labs d’AT&T à Murray Hill (NJ), dans la région de New York. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur le traitement de la parole et des signaux, en anglais. T. Dutoit est l’initiateur des ateliers Européens eNTERFACE (www.enterface.net) qui regroupent chaque année plus de 70 chercheurs pendant un mois complet autour de la thématique des interfaces multimodales. Il est également le coordinateur du projet MBROLA, qui met gratuitement à disposition de la communauté scientifique des synthétiseurs vocaux dans plus de 26 langues. Il est également un des fondateurs de la société ACAPELA SA, spin-off de l’UMONS créée en 1996, et qui compte aujourd’hui 50 personnes. T. Dutoit est le président de l’institut NUMEDIART pour les technologies créatives de l’UMONS (www.numediart.org), qui est un des 10 instituts de recherche de l’UMONS. L’Institut regroupe aujourd’hui les efforts de 10 services de l’UMONS, dans 5 facultés (sciences appliquées, sciences, architecture, psychologie et sciences de l’éducation, économie et gestion), soit plus de 70 personnes au total. Il a pour mission d’assurer des activités de formation et de recherche dans le domaine des technologies de la créativité numérique, tout en capitalisant sur la dynamique enclenchée dans le cadre de Mons 2015, et de contribuer à la valorisation et à la création de nouvelles activités dans le secteur des industries créatives.

 

Huet Kathy

Email : Kathy.Huet@umons.ac.be

Bureau : Place du Parc, 18 – 7000 Mons

C’est en 1991, à l’UMH, que Kathy Huet obtient son diplôme de Licenciée en sciences physiques. Elle s’engage alors dans des travaux de recherche (contrat IISN du FNRS) au sein du Service de Physique des Particules élémentaires de la Faculté des Sciences de l’UMH, et en étroite collaboration avec le CERN (Centre Européen de Recherche Nucléaire situé à Genève). Ces travaux de recherche la conduiront à défendre une thèse de doctorat en sciences en 1997.

Elle rejoint le Laboratoire de Phonétique du Service de Métrologie et Sciences du langage de la Faculté de Psychologie et des Sciences de l’Education de l’UMONS en 1998.

Après un certain nombre d’années durant lesquelles elle assiste les enseignants du service, à la fois dans le cadre des cours ayant pour objectif principaux l’enseignement des sciences du langage, mais aussi dans les cours à caractère statistique et métrologique, elle est nommée à titre définitif en tant que Première Assistante en 2006, puis Chef de travaux en 2012.

Sa formation de base dans le domaine des sciences physiques lui donne, d’une part, des compétences dans ce secteur de la science qui ont pu être directement utilisées dans le domaine des recherches en sciences de la parole, recherches qui se caractérisent par leur statut interdisciplinaire. C’est ainsi qu’elle collabore et qu’elle apporte son expertise dans la plupart des projets de recherche en sciences de la parole développés au sein du service, avec un intérêt plus particulier dans l’étude de la qualité vocale.

D’autre part, sur le plan des connaissances générales, elle a mis à profit la maîtrise de modèles mathématiques et la manipulation d’outils quantitatifs sophistiqués pour contribuer à la formation à la recherche des étudiants en sciences humaines et en particulier à leur initiation aux techniques mathématiques, métrologiques et statistiques qui fournissent le soubassement des approches quantitatives en psychologie et en sciences de l’éducation.

La Faculté reconnaît ses compétences dans ce domaine en la désignant, en 2009, Chargée de cours, titulaire du cours « Analyses Multidimensionnelles ». Elle a été nommée Chargée de cours temps plein à titre définitif le 1er mars 2013.

Elle a par ailleurs assumé un certain nombre de cours relevant de plusieurs hautes écoles (Conservatoire de Mons, Condorcet) et universités (ULB, Ecole de Santé publique).

Du point de vue administratif, Kathy Huet s’est toujours investie dans les différents organes de l’Université en étant représentante du personnel scientifique au niveau Facultaire, Universitaire (Membre du CA de l’UMONS, membre du Conseil de Recherche de l’UMONS) et de l’Académie (Membre du Conseil de l’AUWB, membre de la Commission Recherche de l’AUWB). Elle a ainsi été fondatrice du CORSCI (organe représentatif des scientifiques au sein de l’UMONS), instance dans laquelle elle a pris en charge la Présidence et la Vice-Présidente. Elle a également été Secrétaire du Conseil de l’Institut des Sciences Humaines et Sociales.

Publication : http://applications.umons.ac.be/webappspub/wsxmlpubs/GetList.aspx?matricule=500477&output=html

Lefebvre Laurent

Email : Laurent.Lefebvre@ulb.ac.be

Bureau : Place du Parc, 18 – 7000 Mons

Téléphone : 06/5373128

Enseignement

Laurent Lefebvre dispense des activités d’enseignements dans les domaines de la neuropsychologie, de la psychologie cognitive et du psychodiagnostic. Sa charge comprend des activités d’enseignements de type ex cathedra en bachelier, mais également la supervision de la formation pratique des étudiants au métier de neuropsychologue en master.

Recherche

Laurent Lefebvre développe un ensemble de recherche afin de mieux percevoir les interrelations existant entre les fonctions exécutives et le langage au travers de l’étude de personnes présentant des pathologies neurodégénératives (Maladie d’Alzheimer, Démences Frontotemporales,…). Il encadre 5 doctorants qui investiguent les troubles cognitifs auprès de personnes atteintes de Maladie d’Alzheimer, notamment bilingues, de personnes schizophrènes et psychopathes d’une part, et le développement de la dénomination chez les enfants d’autre part.

Publication : https://portail.umons.ac.be/FR/universite/facultes/fpse/serviceseetr/sc_co/Pages/Publications.aspx

PICCALUGA Myriam

Email : myriam.piccaluga@umons.ac.be

Bureau : Place du Parc, 18 – 7000 Mons

Enseignement

Myriam Piccaluga assure des formations dans le domaine de l’acquisition du langage, du fonctionnement langagier normal (modèles de la production orale, de la compréhension,..) et pathologique tant chez l’enfant que chez l’adulte (retard de langage, aphasies, …) ; elle prend également en charge des activités d’enseignement relatives aux aspects cognitifs et psycho-sociaux du bilinguisme ainsi qu’à l’acquisition, l’apprentissage, l’enseignement et l’évaluation des langues (maternelle, seconde et étrangère) en leurs diverses composantes ( phonologique, morpho-syntaxique, lexicale , pragmatique). Il faut y ajouter aussi un cours de méthodologie de la recherche en sciences du langage. Ses activités pédagogiques se déploient tant au niveau de la formation initiale (bac et master) qu’en formation continue (master de spécialisation en sciences du langage, certificats)

Recherche

Myriam Piccaluga a des activités de recherche dans les domaines des sciences du langage, spécifiquement en psycholinguistique cognitive. Elle encadre plusieurs doctorants dans les secteurs du développement du langage, de l’acquisition des langues étrangères et de la traductologie. Elle s’intéresse particulièrement aux processus cognitifs mobilisés par la perception et la compréhension orale en phase d’acquisition d’une L2 ; l’objet d’étude concerne l’ensemble des facteurs extrinsèques susceptibles d’être manipulés en vue de favoriser la maîtrise, par l’apprenant de langue étrangère, de nouvelles possibilités de contrôle phonique. Une autre thématique couvre l’étude du traitement du langage (composantes réceptives et productives) en situations extrêmes (non pathologiques) : l’interprétation simultanée en ce qu’elle présente comme intérêt de mettre en exergue l’identification des stratégies adaptatives mobilisées par l’interprète pour faire face aux difficultés en production orale. Intéressée également par les dysfonctionnements langagiers, en particulier ceux touchant la parole et la voix pathologiques, chez l’adulte et chez l’enfant (phonétique clinique), elle cherche à élaborer des indices de mesure de la (dys)fluence en production orale en analysant les prestations de production orale tant chez des sujets en surcharge cognitive (interprétation simultanée) que chez des personnes atteintes de pathologies (bégaiement, Parkinson, dysarthries)

Publication : http://di.umons.ac.be/catalogue.aspx

Département des Sciences psychologiques et de l’éducation

Chetail Fabienne :

Email : Fabienne.Chetail@ulb.ac.be

Bureau :

I joined the faculty of psychology and education with a permanent professorship at the ULB in 2014. After a Ph.D on the role of syllables in reading, I started working on the orthographic processing of words and on the impact of the consonant-vowel structure of letter strings. I examined these issues both in adults and in children, in different languages, using behavioral paradigmes (reaction times tasks, eye tracking) and neuroscientific approaches (EEG, MEG). More generally, I am interested in the mechanisms of word perception and word learning, as well as in the development and impacts of sensitivity to regularities in real and artificial stimuli.

Site personnel : http://fchetail.ulb.ac.be/

Colin Cécile :

Email : Cecile.Colin@ulb.ac.be

Bureau :

After a PhD on audiovisual interactions in speech (McGurk effect) and in spatial scene analysis (ventriloquist effect), I focused my researches on speech perception in typical and atypical conditions, using neurophysiology as a main tool. I am particularly interested in categorical perception and auditory training, audiovisual speech perception in people benefitting from a cochlear implant, cued speech, sign language, speech in noise perception as well as dyslexia. More recently, part of my research has also been devoted to executive functions in ADHD. I have a permanent professorship position since 2006 and I teach mainly psychophysiology and neurophysiology of speech perception.

CONTENT Alain

Email : Alain.Content@ulb.ac.be

Bureau :

I am Full Professor at the Faculty of Psychology and Education of the Université libre de Bruxelles, where I head the Laboratoire Cognition, Langage & Développement (LCLD), one of the five research units constituting the CRCN.

 

A large part of my research relates to lexical access, visual and auditory word recognition, reading acquisition and reading disorders. My initial research focused on the early development of children’s explicit speech segmentation abilities in relation with learning to read in alphabetic scripts. Throughout my career I have continued to be interested in general issues about learning, such as the role of explicit and implicit knowledge in skill acquisition, and general issues about the perception of language, such as the nature of perceptual units and the role of syllabic structure in spoken and visual word recognition. In the recent years, with Fabienne Chetail, we have proposed a new hypothesis about perceptual/functional units in visual words, based on the arrangement of consonant and vowel letters.  One current aim is to consolidate this view through both behavioral and neuro-imaging studies assessing the time course of consonant/vowel differentiation. Another is the study the development of the distinction, both in natural learning and with artificial scripts in adults.

 

We have also launched several projects on the development of numerical and arithmetic abilities. With Jacqueline Leybaert and Julie Nys, we have produced new evidence about the influence of language and schooling on arithmetic abilities. We showed that unschooled adults’ numerosity representations are less precise than those of schooled peers. Mathieu Guillaume explored arithmetic problem solving with different techniques, combining eye movements, verbal reports, response times and fMRI.  With Florence Gabriel and Denes Szücs, we investigated the representation of fractions in children and adults, and with colleagues from the education department, we developed a set of manipulation games for the classroom which help children understand the meaning of fractional notation and enjoy reasoning with fractions.

 

Destrebecqz Arnaud

Email : Arnaud.Destrebecqz@ulb.ac.be

My research concerns the elementary mechanisms of associative learning. I am also interested in the role of consciousness and in the nature of the mental representations developed during learning. I address these issues in adults and young children. I also love Guzzi motorbikes, 25oz heavy duty raw denim, and the Black Keys.

KLEIN Olivier

Email : Klein.Olivier@ulb.ac.be

Bureau :

Mémoire collective [Collective Memory]

Initiées par Halbwachs (1925, 1950) et Bartlett (1932), la réflexion et la recherche concernant la notion de mémoire collective ont bénéficié récemment d’un regain d’intérêt (Middleton et Edwards, 1997; Penebaker, Paez, et Rimé, 1997; Haas et Jodelet, 1999). La mémoire collective contribue à façonner l’identité d’un groupe; elle est donc un enjeu social et politique crucial. De ce fait, elle est susceptible de subir des distorsions afin de servir les intérêts identitaires du groupe (Baumeister, 1997). L’histoire de la colonisation belge au Congo est un objet d’étude particulièrement pertinent dans la mesure où des polémiques concernant le rôle des Belges au Congo ont été récemment portées dans l’espace public. Nous étudions la manière dont cette histoire est re-construite dans les discours d’anciens coloniaux belges et de Congolais ayant vécu au Congo durant la période coloniale en portant notre attention sur les dynamiques identitaires sous-tendant ces discours. [Initiated by Halbwachs (1925, 1950) and Bartlett (1932), the interest for collective memory have recently been revived (Middleton and Edwards, 1997; Penebaker, Paez, and Rimé, 1997; Haas and Jodelet, 1999). Collective memory contributes to fashioning group identity. It is therefore of crucial social and political importance. Memory is likely to be distorted in order to serve identity-related needs (Baumeister, 1997). The history of Belgian colonial action is a highgly relevant in this regard in view of the public controversies that have surrounded Belgian colonial action in Congo. We study how this history is reconstructed in the discourse of former colonials and colonised by focusing on the identity-related dynamics governing those accounts. ]

Objectivation sexuelle [Sexual Objectification]

Nous nous intéressons aux déterminants et aux conséquences de l’objectivation sexuelle, c’est-à-dire la tendance à percevoir autrui comme un objet sexuel, comme  »un corps » à consommer. Ce phénomène, qui est renforcé par les mass media et la publicité, touche plus particulièrement les femmes. Il peut les amener à  »s’auto-objectiver », ce qui entraîne diverses conséquences négatives pour leur santé mentale et leur bien-être. Nous nous intéressons aux antécédents et aux conséquences de ce phénomène du point de vue de non pas de la femme objectivée mais de celui ou celle qui  »objective ». [We are interested in the determinants and consequences of sexual objectification, a phenomenon that involves appraising other people’s as  »bodies » or  »body parts ». This phenomenon, fuelled in part by the mass media, targets women especially and has a variety of deterimental consequences for their mental health and wellbeing. We consider objectification from the observer’s perspective: what leads people to objectify others? Which processes does it involve? What are its consequences? ]

Le rôle des sites internet de réseaux sociaux dans la communication intergroupe et la mobilisation collective [The role of social networking sites in intergroup communication and collective mobilisation]

Nous examinons les processus de communication intergroupe et la mobilisation collective dans le cadre du réseau facebook. La pertinence du modèles généraux (en particulier SIDE model de Reicher et al.) dans le domaine de l’influence de l’anonymat sur le comportement y sont appliqués. [We examine intergroup communication and collective mobilisation in the context of the Facebook social networking site. ]

Prise de décision dans le domaine alimentaire [Decision making in the field of food]

Ce projet examine les processus psychologiques impliqués dans la prise de décision alimentaires. Quels facteurs influencent la quantité de nourriture consommée? Nous nous intéressons principalement à des facteurs environnementaux (taille des portions, forme des contenants, taille des unités, etc.) [This projects examines the psychological processes involved in the decision making regarding food consumption. Which factors influence the amount of food being ingested? We focus particularly on environmental factors (portion size, container size, shape, etc.)]

Conscience et prise de décision [Consciousness in Decision making]

Prise de décision [Decision making]

Mémoire et communication à propos d’agressions sexuelles [Memory and communication concerning sexual aggressions]

L’objectif de ce projet est d’étudier l’impact des facteurs émotionnels et socio-motivationnels sur lebiais de rétrospection (BR : tendance à surestimer la prédictibilité d’un événement une fois qu’il s’estproduit) et sur son lien avec le blâme de la victime, et ce dans le cadre d’agressionsinterpersonnelles. En nous démarquant d’une approche purement intra-individuelle, nous postulonsque ces « erreurs rétrospectives » remplissent, en réalité, une fonction de régulation sociale qui peuts’analyser au travers de deux métaphores définies par Tetlock (2002).1° Le « accusateur intuitif » :Nous examinerons dans quelle mesure la volonté de rendre justice augmente le BR et le blâme. Nousenvisagerons également le rôle modérateur des émotions, au travers de leur influence sur larecherche des liens causaux et sur l’examen de contrefaits.2° Le « politique intuitif » :Nous évaluerons dans quelle mesure les buts sociaux stratégiques liés au contexte de communicationinfluencent la mémoire et les jugements rétrospectifs. En particulier, nous étudierons dans quellemesure les stratégies de communication en situation d’identifiabilité à une audience pertinenteaffectent les biais linguistiques et par là-même, le blâme et le BR, tant en contexte interqu’intra-groupal. Dans ce cadre, nous évaluerons le rôle modérateur des émotions intergroupes et del’identification sociale. Enfin, nous regarderons dans quelle mesure la distance sociale entreinterlocuteurs influence le contenu des informations transmises ou partagées et, dès lors, affecte leBR et le blâme. [This project considers how people appraise, explain and communicate events involving aggressions and harrassment that they witness. ]

La consensualisation des stereotypes [Stereotype consensualisation]

Les processus de communication menant au partage de représentations d’un groupe social. Au sein d’un petit groupe de discussion, étude du rôle de l’échantillonnage d’information concernant le groupe cible sur la communication et la formation d’une représentation collective. [The communication processes leading to the sharing of a collective representation of a social group. We study the impact of information sampling within a small group on the communication and on the formation of a collective representation of the target group] Persévérance et abandon au doctorat [Persistence and dropout in the pursuit of a Ph.D.]

Nous cherchons à identifier les facteurs qui prédisent la poursuite, et l’abandon, d’un doctorat [This projects aims at identifying the factors that predict the successful pursuit of a Ph.D. (as well as dropout). ]

Crédulité et vigilance epistémique [Gullibility and epistemic Vigilance]

Ce projet, au croisement de la pragmatique et de la psychologie sociale, s’intéresse à la façon dont les individus valident des informations. Comment en vient-on à considérer une information comme vraie ou fausse? Doit-on d’abord la valider pour ensuite la rejeter? Ou peut-on faire preuve d’un scepticisme cartésien avant de valider une information? Cette question est appliquée en particulier à la crédulité face aux théories du complot. [This project, at the crossroads between social psychology and pragmatics, is concerned with the way people validate information. How do we come to view an information as true or false? Do we first need to validate it in order to subsequently reject it? Or can we, like a proper  »cartesian », be skeptical before validating an information? This question is considered i.a. in relation to belief in conspiracy theories.]

Faculté de Philosophie et Sciences sociales

Missa Jean-Noël

Email : Jean-Noel.Missa@ulb.ac.be

Bureau :

Site personnel : http://dev.ulb.ac.be/philo/crib/pages/jnm.htm

Peeters Marc :

Email : Marc.Peeters@ulb.ac.be

Bureau :

 

Vrije Universiteit Brussel

Michot Marie-Ève :

Email : Marie-Eve.Michot@vub.ac.be

Site : https://cris.cumulus.vub.ac.be/portal/en/persons/marieeve-michot(bcc2bf20-85fd-4c06-a294-766a013f8efb)/publications.html

HOUSEN Alex

Email : Alex.Housen@vub.ac.be

Bureau : VUB – 5B435

Alex Housen received his Licence degree in Germanic Philology from the Vrije Universiteit Brussel, an MA in Applied Linguistics & TESL from UCLA and a PhD in Linguistics from the VUB.  From 1996 till 2002 he was a post-doctoral research fellow of the Belgian Fund for Scientific Research.  He is currently Professor of English Linguistics and Applied Linguistics in the department of Language and Literature of the Vrije Universiteit Brussel.  His research interests include second language acquisition, (second) language teaching, bilingualism and bilingual education, and English linguistics (esp. morpho-syntax). His publications have appeared in various edited books and journals (e.g. Applied Linguistics, Studies in Second Language Acquisition, International Review of Applied Linguistics, Bilingual Research Journal). He is co-editor of Opportunities and Challenges of Bilingualism (with JM Dewaele and Li Wei; Mouton de Gruyter 2002), Bilingualism: Beyond Basic Principles (with Li Wei & JM Dewaele; Multilingual Matters 2002), (with M. Pierrard) Investigations in Instructed Second Language Acquisition (with M. Pierrard; Mouton de Gruyter 2005),  the 2009 Special Issue of Applied Linguistics on Complexity, Accuracy and Fluency in SLA Research (with F. Kuiken) and of Dimensions of L2 Performance and Proficiency – Investigating Complexity, Accuracy and Fluency in SLA (with F. Kuiken & I. Vedder; John Benjamins 2012). He has also worked as a consultant on bilingual education for the Soros Foundation, the United Nations Development Programme and various ministerial agencies.

Site personnel : http://www.vub.ac.be/people/alex-housen

A partir de 2017-2018 :

Couvreur Manuel 

Email : Manuel.Couvreur@ulb.ac.be

Bureau : J56.3.102

Après une thèse de doctorat sur Le livret d’opéra en France, de « Cadmus et Hermione », de Quinault et Lully, aux « Boréades » de Cahuzac et Rameau (1989), Manuel Couvreur s’est consacré à l’étude comparative des diverses formes d’expression artistique en France, aux XVIIe et XVIIIe siècles (tragédies en musique, comédies-ballets, théâtre de collège, cantates françaises, romans en musique…). Cette approche interdisciplinaire l’a amené à étudier certains mécènes (Louis XIV, la duchesse du Maine, Maximilien-Emmanuel de Bavière).

Dans le domaine de la littérature française, M. Couvreur a donné plusieurs éditions critiques, notamment des Voyages inédits et de la traduction des Mille et une nuit d’Antoine Galland ou des Œuvres romanesques du prince Charles-Joseph de Ligne. Il prépare un ouvrage sur l’œuvre littéraire de Ligne.

Dans le domaine de l’histoire du spectacle, M. Couvreur a lancé en 1995 un chantier international autour du théâtre royal de la Monnaie qui a induit la publication de cinq ouvrages collectifs, retraçant l’histoire de cette maison d’opéra, depuis sa création à la fin du XVIIe siècle, jusqu’à la seconde guerre mondiale. Ses recherches actuelles portent surtout sur les pratiques de théâtre amateur, dans les domaines scolaires ou militaires (première guerre mondiale). Il travaille sur la direction de Victor Reding au théâtre royal du Parc.

Il prépare une étude sur le livre comme « œuvre d’art total », au tournant des XIXe et XXe siècles.

Site: http://ltc.ulb.ac.be/whoswho/whoswho.php?id=a813dd53b48d27057751934eb852c345&faculte=ltc

 

Parent Sabrina

Email : Sabrina.Parent@ulb.ac.be

Bureau : AZ3.110

Téléphone : 02/650 43 50

Enseignante-chercheuse à l’Université libre de Bruxelles, rattachée au centre de recherche Philixte (Études littéraires, philologiques et textuelles), Sabrina Parent est l’auteure de deux monographies (Poétiques de l’événement, Garnier, 2011 ; Cultural Representations of Massacre, Palgrave MacMillan, 2014) et de plusieurs articles consacrés essentiellement à la transcription littéraire de l’événement historique, en particulier les guerres mondiales. Ses recherches s’orientent à présent vers les représentations littéraires et artistiques récentes du passé colonial belge.

 

Sites personnels : https://sites.google.com/site/sabrinaparent/home et http://ulb.academia.edu/SabrinaParent

Walczak Dorota

Email : Dorota.Walczak@ulb.ac.be

Bureau : AZ1.118

Ma recherche porte sur la littérature polonaise des 20ème et 21ème   siècles dans un large contexte littéraire, culturel et historique (ainsi que sur son analyse et son interprétation).
Le côté pratique de cet engouement s’exprime également dans la traduction de la poésie, polonaise et belge en particulier. Mes thèmes favoris résident dans les poésies d’avant-garde et expérimentale, l’accent étant mis sur l’ouverture au contemporain, au nouveau, au différent et sur la liberté d’expression. L’aspect comparatif avec d’autres littératures européennes, surtout francophone et l’imagerie poétique ainsi que les affinités de la poésie polonaise avec les arts plastiques me sont également chers.

Site personnel: https://ulb.academia.edu/DorotaWalczak

 

Vandenborre Katia

Email : Katia.Vandenborre@ulb.ac.be

Bureau : AZ1.118