Home » Filière » Langues et littératures modernes

Category Archives: Langues et littératures modernes

ORIE – LES DEBOUCHES VUS PAR NOS ANCIENS ETUDIANTS

Nous vous invitons à nous transmettre votre propre expérience à l’adresse e-mail suivante Vanessa.Demeuldre@ulb.ac.be  afin que celle-ci figure sur notre site.

Découvrez les récits de nos étudiants:

Désiré Kasongo Amisi:

Bonjour !

Je me nomme Désiré Kasongo Amisi. C’est malheureusement une année après ce voyage d’échange que j’ai pu disposer d’un peu de temps afin de faire part de mon premier voyage en Chine. Ce petit récit a pour premier objectif d’encourager les futurs candidats au départ en leur « dépoussiérant » légèrement la voie.

Nous sommes trois étudiants à avoir achevé ce premier master à l’ULB. Nous sommes bien conscients que la mise en place de ce master a posé quelques difficultés pratiques. En tant que premiers « cobayes », nous avons plutôt « bien tourné ». Chacun de nous ayant pu décrocher différentes bourses pour poursuivre des études en Chine. Gaelle est à Shanghai (Fudan University), Matsuo est à Pékin (Beijing Language and Culture University) et moi-même à Pékin également (Beihang University).

Je tiens à remercier sincèrement et chaleureusement les professeurs de référence, incontournables dans ces études : Madame Lauwaert (dont les remarques parfois sévères sonnent toujours justes avec un peu de recul) ; ainsi que Messieurs Wang, Paquet et Kellner, qui par leur attitude posée ont forcé l’étudiant un peu turbulent que je suis à adopter la même attitude afin d’intégrer au mieux les nouvelles connaissances et remarques.

Ce retour en Chine représente une grande opportunité  nous permettant de tout remettre à plat, de lire davantage, de prendre part aux évènements culturels, de faire du terrain, d’aller à la campagne, etc. Nous essayerons de combler nos lacunes pour être dignes de ce master.

Description du voyage d’échange

Entamons sans plus tarder le récit de ce voyage d’échange en Chine. J’espère « donner faim » aux futurs candidats au départ. La ville où vous séjournerez est Shanghai, la turbulente. Cette ville joue le rôle de vitrine économique et financière de la Chine depuis le début des années 1990, et ce grâce à la volonté de la « Clique de Shanghai » emmené par l’ancien président Jiang Zemin.

Shanghai accueille d’innombrables évènements internationaux comme  les « Masters » de tennis, le grand-prix de Formule 1, ou encore l’exposition universelle de 2010.  C’est justement cela qui gêne légèrement : la présence de ces tours, cette hyper-modernité ; alors que l’on voudrait tant voir les maisons datant d’avant les réformes économiques. La pollution vous prendre également à la gorge. La Chine pollue pour le monde, n’est-ce pas ? Quelques semaines après votre arrivée, au fur et à mesure des ballades, vous parviendrez facilement à retrouver ces lieux et quartiers quasi-intacts, sortes de « poches de résistance ». Mais ceci est une autre histoire.

 

Logement

Avant de partir pour la Chine, vous aurez veillé à revoir vos cours. Votre université d’accueil se nomme Fudan, très réputée et extrêmement exigeante, comme vous allez le constater ci-dessous. En arrivant à l’aéroport de Hongqiao, prenez un taxi pour Fudan. Attention, comme tout touriste qui se respecte, attendez-vous à vous faire légèrement arnaquer car vous payerez bien plus que les 100 yuans indiqués par le guide de Fudan aux étudiants étrangers. Prenez plaisir à négocier avec les taximen, même dans un mauvais chinois ; ce n’est qu’un début.

Une fois arrivé à Fudan, vous aurez accès à la chambre que vous aurez réservé avant votre départ. Si vous n’avez pas du tout réservé, il reste en général quelques chambres disponibles. Mais vous devez prendre votre décision rapidement. Car la « horde » d’étudiants étrangers ne va guère tarder à arriver. Je n’ai personnellement pas opté pour cette solution, préférant loger hors du campus, à 10 minutes à pieds. Il s’agissait d’un appartement en colocation de trois chambres, avec des jeunes, dont un jeune couple.

Cette solution s’avère la plus stressante. Mais si vous choisissez de jouer le jeu jusqu’au bout, demandez l’agence immobilière la plus petite à proximité du campus. Elle se situe au milieu de la rue remplie de petits restaurants derrière le campus. Elle est gérée par un couple de quadragénaire. Une fois sur place, négociez jusqu’à plus soif. Variez les attitudes. Tantôt jouez le chien battu, tantôt jouez l’étranger qui ne comprend pas qu’en Chine, le prix des appartements soit aussi élevé. Cette option est la meilleure. Ayant du mal à trouver vos mots, relancez votre participation à l’interaction à coups de « pourquoi?», « comment ? », etc. Vous ne comprenez pas grand-chose à ce qu’il/elle raconte ? Ce n’est pas grave, demandez lui de répéter plus lentement. Ou de résumer avec des mots plus basiques.

A chaque fois que votre interlocuteur annonce un prix, montrez-vous scandalisé, horrifié (secouez la tête, levez les yeux au ciel, etc.). Les onomatopées sont fortement encouragées. Faites une contre-proposition avec l’expression de douleur au visage. Poursuivez ce jeu pendant au moins une heure. C’est la première leçon que vous venez d’apprendre : en Chine, négociez. Toujours ! Vous constaterez alors que les prix « campus » et « hors campus » sont très proches. Il est très facile de trouver un logement à Shanghai ; mais pour le prix, c’est une autre histoire. Surtout si vous êtes étranger.

Test d’évaluation

Une fois le logement trouvé (campus, ou hors campus). Il vous est conseillé de vous rendre au plus vite auprès du bureau d’accueil des étudiants étrangers. Le programme de la rentrée vous sera fourni, avec un test de niveau du chinois au début du mois de septembre. Il vous est conseillé de réviser votre vocabulaire. Mais ne stressez pas trop : le test a pour objectif de former les classes les plus homogènes possibles, et ce afin que l’apprentissage soit plus efficace. Autre avantage : le groupe avance comme un seul homme, tout en évitant ce sentiment désagréable de « compétition » entre les élèves. Donc dans votre future classe, rassurez-vous : si vous ne connaissez pas un caractère, il en sera de même pour vos camarades.

Comment se déroule le test ? Dans le programme d’accueil, votre jour et heure de passage vous auront été indiqués. Le test est divisé en deux parties : examen sur ordinateur et entretien oral. Avant d’avoir accès aux ordinateurs, vous passez devant une examinatrice. Son objectif est de jauger le niveau de votre chinois. Elle vous indiquera ensuite sur quelle classe « cliquer » lorsque vous serez devant le PC. Il existe 8 classes, partant de A (débutant) à H (avancé).

Avec ce que vous aurez intégré à Bruxelles, vous serez placé dans le niveau 4. Vous avez alors une heure pour répondre à 60 questions. Les questions et les réponses mélangent les connaissances tant en grammaire qu’en vocabulaire. Vous aurez du mal. C’est le but. Si vous ne terminez pas le questionnaire, ce n’est pas grave. Après le temps écoulé, retour chez l’examinatrice qui vous demande votre avis sur l’examen. La difficulté, la gestion du temps, comment vous vous sentez, etc. Tout ceci en chinois. Vous bafouillez ? Restez zen, ça fait partie du processus d’apprentissage. Normalement, si vous avez eu du mal dans la classe D, elle préférera vous conserver dans cette classe. Le danger est grand qu’en vous faisant descendre de classe, vous n’appreniez rien de vraiment neuf, tout en vous faisant perdre votre temps.

Seconde étape : l’entretien oral. Il dure 5 minutes mais en chinois, ça semble durer 5 siècles. Une seconde examinatrice vous pose toutes les questions qui lui passent par la tête. Vous aurez droit à un début en douceur : pourquoi vous apprenez le chinois ? Depuis combien de temps, etc. Les questions peuvent aussi être surprenantes. J’ai eu droit à « on apprend le chinois au Congo ? vous voudriez enseigner le Chinois au Congo ? ». « Heuh, nous n’en sommes pas encore là, Madame. Je me contente juste de construire une phrase tout en étant effrayé à l’idée de commettre une grossière faute » (réponse donnée dans ma tête, évidemment) !

Début des cours

Une fois ces étapes administratives passées, vous devrez revenir à l’unif pour la journée d’accueil des étudiants en langue chinoise. Vous aurez un aperçu de la diversité des étudiants, de visu et en discutant avec eux. Le « contingent » le plus représenté est constitué des Japonais ainsi que les Coréens. Viennent ensuite les Européens (Français en tête) et les Américains. Le reste des étudiants est composé des nationalités du bout du monde. J’ai pu faire la connaissance d’un père de famille venant de Tahiti, qui a décidé de tout quitter pour vivre en Chine pendant une année !

Le discours d’accueil est en chinois, traduit simultanément en anglais. Les « gros bras » de l’établissement vont défiler et vous parler de l’université, ou encore de la nécessité de travailler dur…pour que l’établissement puisse conserver son rang! Effectivement l’encadrement et les cours à Fudan sont sans faille ; les locaux sont d’une modernité à coupler le souffle. Après le discours d’accueil, tout les étudiants sont appelés à aller consulter les valves avec la liste des classes ainsi qu’à compléter les dernières obligations administratifs pour les retardataires. Cela donne droit à une jolie bousculade  pour chercher son nom dans la liste de classe. Pour moi, ça sera le niveau D.

Ensuite vient le début des cours. Ma classe était constituée d’une vingtaine d’étudiants ; le chiffre tombant à environ 12 après les premières semaines. Tous sont d’horizons différents : majoritairement des Japonais (dont l’entreprise installée en Chine leur paye 6 mois de cours) ; des étudiantes Européennes qui apprennent le chinois à hauteur de 4h/semaine depuis 2 ans ; et la troisième année, elles ont droit au voyage d’échange. On souffle un peu dans sa tête, en se disant qu’à Bruxelles, le niveau n’est pas mal du tout.

Si je me souviens bien, les pays représentés dans la classe étaient dans l’ordre décroissant : Japon, Corée, Allemagne, Italie, France, Suisse, et moi, Congo. L’avantage avec cette composition est qu’avec les Japonais et les Coréens vous serez obligés de discuter en chinois, car ils n’ont pas de bonnes connaissances en anglais. Petit à petit, il en sera de même avec vos autres collègues, par habitude tout simplement. De plus les Japonais et les Coréens, par leur vocabulaire plus large, contribuent à vraiment tirer le groupe vers le haut.

Un mot à présent sur le cours : la cadence est assez soutenue.  Vous aurez droit à 5 professeurs (4 femmes et un homme) et 22 heures de chinois par semaines. Les compétences traitées sont : lire, écouter, parler, écrire. Les professeurs sont très compétents et compréhensifs. L’apprentissage se fera dans la douleur. Entièrement en chinois. Soyons honnête : préparez-vous à souffrir. Pendant un mois et demi, vous aurez mal, très mal. C’est sans doute le temps nécessaire que de nouvelles connexions se fassent dans votre cerveau.

Mordez sur votre chique, ne lâchez pas l’affaire. Travaillez dur. Faites vos devoirs, prenez part aux dictées régulières. Même un lundi matin à 8h00 ! Bref, jouez le jeu. Au début du second mois, vous constaterez  rapidement les progrès accomplis. Ensuite, l’apprentissage n’en sera que facilité.  Vous aurez à passer deux gros examens : au début du mois de novembre (fin du niveau D, passage du groupe au niveau E) et en  janvier (fin du niveau E). Si vous avez bien joué le jeu au niveau D, l’apprentissage du niveau E, bien que plus difficile, ne sera qu’une formalité.

Voilà les informations académiques que je pouvais vous fournir. Pour les conseils pratiques :

  1. Vu la cadence élevée des cours, vous aurez de rares occasions de vraiment faire du tourisme. Je vous conseille de partir « à l’arrache » (comme disent les jeunes) visiter Huangshan, dans la province d’Anhui. Pas trop éloigné de Shanghai, donc. Prenez deux ou trois vêtements, et un sac à dos. Vous ferez d’incroyables rencontres à bord d’un lent train et après une dizaine d’heures de voyage. Prévoyez trois jours pour escalader cette montagne sacrée. Et appréciez le cadre !
  2. Munissez-vous également du « Guide du routard : Chine » ; essentiel pour découvrir les « poches de résistances » dont je parlais plus haut ; ou encore d’autres endroits surprenants dans Shanghai et ses environs.
  3. Pour améliorer votre niveau de chinois, les cours vous aideront énormément. Ayez aussi le maximum d’interaction avec les Chinois (vendeuse, passant, etc.). Ils viendront vers vous par curiosité. Prenez ça comme un exercice oral. Ne commettez pas l’erreur de parler plus anglais que chinois. Pour éviter cela, faites en sorte que le nombre de vos connaissances chinoises soit plus élevé que celui des connaissances étrangères.
  1. Baladez-vous, prenez le temps de discuter et d’interagir. La population locale est encore plus chaleureuse si vous montrez votre respect en vous entretenant en chinois. Comme récompense immédiat par exemple, votre plat débordera au resto ! A propos de nourriture, elle est variée et peu cher. Selon mes calculs, il revient moins cher de manger dehors que de cuisiner soi-même. Préférez les petits établissements pas du tout huppés, qui sont plus authentiques et permettant de nouer des liens avec les propriétaires et certains clients.
  1.  Pour l’ouverture d’un compte bancaire, vous n’êtes là que pour quelques mois ! Ne vous embarrassez pas de ces questions administratives ! Réglez tout avant votre départ et optez plutôt pour « Western Union ». Prévoyez un budget de 400 euro par mois, avec le logement occupant la plus grande part. Au-dessus de ce montant, vous tombez dans l’excès et l’ostentation ; qui ne sont pas du tout à la mode par les temps qui courent.
  2. Travaillez dur. Il n’ya que le travail qui paye.
  3. Après votre master, trouvez un moyen de revenir en Chine pour vous faire la main. Postulez pour les différentes bourses ; d’agréables surprises seront au rendez-vous.

N’hésitez pas également à prendre part aux examens HSK. Pour la beauté du geste. Voici un lien vers une liste du niveau 4 (sur 6) que vous serez censé avoir atteint. Bien entendu, des centaines d’autres caractères appris n’y sont pas. http://www.unige.ch/lettres/estas/chinois/general/HSK.html

La liste HSK des 5000 caractères traine un peu partout sur la Toile. A vous de les recopier à petite dose, et ce toute votre vie durant 🙂

Je souhaite courage et persévérance à nos successeurs dans ce master. Que ces études puissent être pour eux le début d’un long, difficile et surprenant voyage de découverte de soi et du monde.

Prenez soin de vous,

Désiré KASONGO AMISI



SLAV – LES DEBOUCHES VUS PAR NOS ANCIENS ETUDIANTS

Nous vous invitons à nous transmettre votre propre expérience à l’adresse mail suivante Vanessa.Demeuldre@ulb.ac.be  afin que celle-ci figure sur notre site.

SLAV – LA FILIERE EN IMAGES

 

Dîner de Filière 2014-2015 à Ma folle de soeur

12

 

Consultez nos photos ICI

 

 

Dîner de Filière  2012-2013 au Best Western

 

Regardez les photos ICI

 

Journée slave – mai 2013

 

Regardez les photos ICI

 

 

CONCOURS DE PHOTOS «MA RUSSIE»

En avril 2013, les étudiants en langues, littératures et culture russes d’Ecoles Supérieures belges ont participé au concours de photos «Ma Russie» organisé par l’Ambassade de Russie et la Représentation de « Rossotroudnitchestvo » dans le cadre des célébrations du 160-e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre la Russie et la Belgique.

Les photos prises dans le cadre des études et stages linguistiques ou lors d’un voyage en Russie y ont été présentées. Les vainqueurs du concours étaient désignés grâce au vote des visiteurs le jour de l’inauguration de l’exposition qui a eu  lieu le 27 avril 2013 au Centre Culturel russe à Bruxelles : rue du Méridien 21, 1210-Bruxelles.

Nos 5 étudiants, notamment Laura Luciani (BA3), Barbara Butaye (BA3), Diego Debroux (BA2), Audrey Marot (MA1), Dona Van Wetter (AESS), vainqueurs du concours dans 6 nominations différentes, étaient récompensés de diplômes et de cadeaux de l’Ambassade de Russie en Belgique et du Centre Culturel russe.

Nos chaleureuses félicitations aux vainqueurs !

Visualisez les photos ICI

 

SPECTACLE (en français et polonais) POUR LA JOURNEE PORTES OUVERTES LES ETUDIANTS DE BA 1 à MA2 DU CURSUS POLONISANT 2009

(sous la direction de prof. Dorota Walczak à l’aide de M. Marek Pandera)

 

   Regardez nos photos ICI

 

 

 

 

 

SLAV – ASSOCIATION DES ANCIENS

Les Amis de Langues et Lettres Germaniques et Modernes (ALGM)

 

Save the date: prochain dîner de filière le jeudi 30 juin 2016 à la Mirabelle (réservation à l’adresse modernes.LTC@ulb.ac.be)

Dîner de filière en Langues et lettres modernes de 2015:

Consultez nos photos ICI

Drink des retrouvailles des Amis de Langues et Lettres Germaniques et Modernes: 25/01/2013

Consultez nos photos ICI

Soirée-débat « Tout le monde veut apprendre les langues… qui pour les enseigner? »: 28/04/2009

Consultez nos photos ICI

 

 

 

SLAV – CENTRE D’ETUDES TCHEQUES

Créé en 1997 par l’Université Libre de Bruxelles avec l’appui de l’Université Charles de Prague, le Centre d’Etudes Tchèques est d’abord un exemple de coopération dans le domaine de la recherche et de l’enseignement. Si son objectif est de favoriser la connaissance de la culture, de la langue et de la civilisation tchèques par l’intermédiaire du milieu universitaire belge, il fait de l’ULB le partenaire privilégié dans le dialogue avec les intellectuels d’un des pays de l’espace centre-européen qui est fortement impliqué dans les projets d’intégration de notre continent. La constante de l’activité du Centre est l’enseignement du tchèque et l’organisation des rencontres avec les personnalités représentatives de la vie culturelle et politique tchèques. Son caractère pluridisciplinaire et scientifique se traduit par des publications, par la recherche, par l’organisation de colloques et de séminaires de formation. Le Centre est  situé dans les locaux de l’Université Libre de Bruxelles (accès fléché au CET, AX.4.102, par la NB).  Il contribue à la constitution d’un fonds de livres tchèques déposés à la Bibliothèque des Sciences humaines de l’ULB et coopère avec des organismes scientifiques ou publics non-universitaires.

Lien vers le site: http://www.ulb.ac.be/philo/cet/

 

L’Université d’été en Langues et Civilisations tchèques

CETcours étéLe Centre d’Etudes tchèques de l’ULB, le Centre tchèque à Bruxelles et l’Ambassade de la République Tchèque à Bruxelles organisent depuis l’an 2000 une université d’été en Langue et Civilisation tchèques. Cette année, avec le même enthousiasme, nous proposons cette formation utile non seulement aux universitaires, fonctionnaires européens, traducteurs et interprètes, mais à tous ceux qui désirent se perfectionner ou s’initier à la langue et la culture tchèques.

Date et lieu

Les cours de langue auront lieu du lundi 15 juin au vendredi 26 juin 2015 dans les locaux de l’ULB sur le campus de Solbosch. Le dimanche 14 juin sera organisé un test permettant d’évaluer les compétences linguistiques des participants afin de les répartir en groupes de niveau. Ce test, suivi d’un verre de bienvenue, aura lieu au Centre culturel tchèque – 150-152, av. Buyl, 1050 Bruxelles (tram 94 ou 25 ou bus 71, arrêt ULB).

Cours de langue

Les cours sont destinés aux débutants et les faux-débutants (cours N1), aux intermédiaires (cours N2) et aux avancés (cours N3). Les enseignements associent l’acquisition méthodique des structures grammaticales de la langue à la pédagogie communicative. Les cours se donnent tous les soirs de la semaine de 18 à 20h30.

Enseignants

L’enseignement est assuré par une équipe de professeurs de l’Université Charles de Prague, locuteurs natifs et spécialistes de tchèque langue étrangère.

Certificat

Les études seront sanctionnées par un certificat délivré à tous les participants qui auront suivi l’entièreté des cours.

Inscription

Le montant de l’inscription s’élève à 275 euros pour les personnes extérieures à l’ULB, 125 euros pour les étudiants (hors ULB) et le personnel de l’ULB et 60 euros pour les étudiants ULB.

 

SLAV – SITES SPECIFIQUES

Revue « Slavica Bruxellensia »:

Slavica bruxellensia privilégie une approche transculturelle et transdisciplinaire de la littérature, de la culture et de l’histoire slaves. Selon une perspective comparative, la revue se propose d’étudier les contacts culturels entre les peuples slaves dans leur espace géographique comme dans leur rapport au reste du monde. Ses deux parutions annuelles se composent d’articles scientifiques, d’un entretien avec une personnalité du monde slave, d’une traduction inédite, de la présentation d’une œuvre slave à la dimension intemporelle et de critiques littéraires.

Lien vers le site: http://www.slavica.revues.org

 

Site de la slavistique: 

Lien vers le site: http://www.ulb.ac.be/philo/slavistique.html

SLAV – NOS ECHANGES UNIVERSITAIRES

Les échanges Erasmus comme bilatéraux (hors Europe) sont effectués, en slavistique, lors du premier quadrimestre de BA3, le premier ou le deuxième quadrimestre du MA1 ou le premier quadrimestre du MA2. Une séance d’information est organisée annuellement (vers début octobre) par Mme Petra JAMES-KRIVANKOVA, coordinatrice Erasmus de la filière pour les étudiants en BA2, BA3 et MA1.

Après cette séance d’information, nous vous demandons de préparer votre dossier de candidature. Une fois, celui-ci, rempli, prenez impérativement un rendez-vous avec Mme Petra JAMES-KRIVANKOVA (avant la date d’échéance de dépôt) afin de vérifier la validité de votre dossier. Le dossier de candidature, suite à ce rendez-vous, doit être déposé l’année qui précède l’échange auprès de votre secrétaire de filière (AY2.121.A).

Informations complémentaires: http://www.ulb.ac.be/facs/philo/MobiliteOut-LLModernes.html

La procédure des Erasmus Outgoing étudiant est téléchargeable ici: Procedure_Out_15-16

A partir de 2015-2016, les dossier de candidature pour les Masters seront acceptés pour toutes les orientations pour autant que l’échange à une plus-value pour la rédaction de votre mémoire (départ donc le 1er quadrimestre du MA2, en 2016-2017).

Power point de la séance d’information téléchargeable ICI: Echanges mobilités 2016-2017

SLAV – PRIX / FONDATION / BOURSE

Prix Marguerite Bervoets

Ce prix a été institué en souvenir de Marguerite Bervoets, licenciée en Philosophie et Lettre de l’Université de Bruxelles, résistante au cours de la guerre 1940-1945, décapitée par les Allemands à Wolfenbüttel. Le fond a pour but d’attribuer annuellement un prix à un étudiant de l’ULB de BA1 en Philosophie et Lettres qui, de l’avis des jurys, aura réussi le plus brillamment ses examens en 1ère session.

Voir règlement ici

 

CONCOURS DE PHOTOS «MA RUSSIE»

En avril 2013, les étudiants en langues, littératures et culture russes d’Ecoles Supérieures belges ont participé au concours de photos «Ma Russie» organisé par l’Ambassade de Russie et la Représentation de « Rossotroudnitchestvo » dans le cadre des célébrations du 160-e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre la Russie et la Belgique.

Les photos prises dans le cadre des études et stages linguistiques ou lors d’un voyage en Russie y ont été présentées. Les vainqueurs du concours étaient désignés grâce au vote des visiteurs le jour de l’inauguration de l’exposition qui a eu  lieu le 27 avril 2013 au Centre Culturel russe à Bruxelles : rue du Méridien 21, 1210-Bruxelles.

Nos 5 étudiants, notamment Laura Luciani (BA3), Barbara Butaye (BA3), Diego Debroux (BA2), Audrey Marot (MA1), Dona Van Wetter (AESS), vainqueurs du concours dans 6 nominations différentes, étaient récompensés de diplômes et de cadeaux de l’Ambassade de Russie en Belgique et du Centre Culturel russe.

Nos chaleureuses félicitations aux vainqueurs !

Visualisez les photos ICI

SLAV – LES ENSEIGNANTS DE LA FILIERE

Langue russe

Karine Alaverdian

(Karine.Alaverdian@ulb.ac.be – bureau AZ1.115)

Littérature russe, narratologie, sociolinguistique, analyse structurelle, analyse thématique, littérature comparée, traductologie.
Présentation des thèmes de recherche
-Littérature russe du XIX-e s.: A. Pouchkine, N. Gogol, F. Dostoïevski, L. Tolstoï 

-Littérature russe du XXe : A. Blok., M. V. Choukchine, H. Matevossian, V. Rasputine, V. Belov,
– Littérature russe actuelle :
Andreï Bytchkov, Ludmila Oulitskaïa,
Recherche actuelle : Poétique et stylistique de l’œuvre de L. Tolstoï
Lien vers un site externehttp://www.pproject.ru/persons/alaverdian.htm

Véra Pavlovskaia 

(Vera.Pavlovskaia@ulb.ac.be- bureau AZ3.101)

Assistante en langue et littérature russes
Présentation des thèmes de rechercheLittérature russe contemporaine.

Publication(s) récente(s)Pavlovskaia, V. (2003). Nouvelle prose féminine (1980-1990). Bulletin Sophia, 34, 18.

Nadezhda Zhirovova

(Nadia.Zhirovova@ulb.ac.be – bureau AZ3.108)

Langue russe
Publications: cliquez ICI

Langue polonaise

Cécile Bocianowski

(Cecile.Bocianowski@ulb.ac.be – bureau AZ1.118)

Assistante en langue polonaise

Dorota Walczak 

(Dorota.Walczak@ulb.ac.be – bureau AZ1.118)

Histoire, culture et littérature polonaises
Présentation des thèmes de recherche
Ma recherche porte sur la littérature polonaise des XX ème et XXI ème siècles dans un large contexte littéraire, culturel et historique (ainsi que sur son analyse et son interprétation). 

Le côté pratique de cet engouement s’exprime également dans la traduction de la poésie, polonaise et belge en particulier.
Mes thèmes favoris résident dans les poésies d’avant-garde et expérimentale, l’accent étant mis sur l’ouverture au contemporain, au nouveau, au différent et sur la liberté d’expression.
L’aspect comparatif avec d’autres littératures européennes, francophone en particulier et l’imagerie poétique ainsi que les affinités de la poésie polonaise avec les arts plastiques me sont également chers.

Lien vers un site externe: http://homepages.ulb.ac.be/~dwalczak

Langue tchèque

Petra James-Krivankova

(Petra.Krivankova@ulb.ac.be – bureau AZ1.116)
Histoire, culture et littératures tchèques. Langue allemande
Publications: cliquez ICI

Adéla Jelínková

(Adela.Jelinkova@ulb.ac.be – bureau AZ1.116)
Lectrice de langue tchèque

Langue slovène

Ivana Petric-Lasnik

(bureau AZ3.101)
Langue, littérature et culture slovène

 

 


 


SLAV – PRESENTATION DE LA FILIERE


IMG_20150821_140931922Les Langues et lettres slaves aujourd’hui

En Belgique francophone, l’ULB est la seule université à dispenser un Bachelier et un Master en Langues et lettres slaves. Tout en gagnant en maturité et en indépendance intellectuelles, les étudiants peuvent ainsi y acquérir une très bonne connaissance de la littérature et de la culture de plusieurs pays slaves (au minimum pour la Russie, la Pologne et la République Tchèque), doublée d’une aptitude à utiliser les langues de ces pays qui connaissent aujourd’hui des mutations profondes. C’est là un atout professionnel considérable, si l’on veut bien prendre en compte le rôle de plus en plus important que prennent les pays de l’Europe centrale et orientale dans le développement de l’Union Européenne et de ses partenariats.

Bachelier et Master en Langues et lettres Modernes, orientation Slaves

La formation en Langues et lettres slaves dispense un apprentissage complet qui associe la maîtrise des principales langues slaves et une connaissance approfondie des cultures des pays de l’Europe centrale et orientale. Elle poursuit deux objectifs : donner une très bonne formation linguistique et initier à la littérature, à la culture et à l’histoire des pays concernés.

Les langues sont étudiées dans une perspective à la fois linguistique et culturelle. Les cours de spécialité étant donnés en langue étrangère, l’étudiant est immergé, dès la première année, dans les langues qu’il étudie. Un socle de culture générale, composé de cours de philosophie, d’histoire et d’histoire de l’art renforce l’aspect humaniste de cette formation. La formation s’attache à développer d’excellentes capacités de communication et de médiation en langues étrangères, en les plaçant dans leur contexte scientifique, social et culturel.

Le Master comprend un tronc commun de 30 ECTS dont un stage de 5 ECTS, 60 ECTS de langue(s) et un mémoire de 25 ECTS. En plus d’un approfondissement des connaissances linguistiques et littéraires acquises pendant le Bachelier, le Master propose trois finalités :

La finalité Perfectionnement en langues slaves s’adresse aux titulaires d’un Bachelier en Langues et lettres modernes, orientation “slaves”. Cette finalité permet d’approfondir les langues étudiées en Bachelier, mais aussi d’aborder l’étude d’une troisième langue. Elle permet aussi un séjour linguistique, dans le cadre des échanges Erasmus, auprès d’une université en Pologne ou en République tchèque et, dans le cadre des accords bilatéraux, auprès d’une université en Russie.

La finalité Russe, pour les débutants, ne requiert aucun pré-requis de langue. Cette finalité permet d’acquérir une solide formation de base en langue et littérature russes. Toute personne intéressée – qui peut justifier d’un niveau de Bachelier – peut donc introduire un dossier en vue d’accéder à cette formation.

La finalité européenne en Langues et Cultures de l’Europe centrale privilégie la maîtrise d’au moins deux langues de l’Europe centrale (polonais, tchèque ou allemand), cette compétence linguistique étant associée à l’étude approfondie des cultures de cette zone géographique. Cette finalité s’ouvre aux étudiants de Langues et lettres modernes (orientation “slaves” et orientation « germaniques ») qui étudient le polonais ou le tchèque ou l’allemand depuis le Bachelier ainsi qu’à tout étudiant qui satisfait aux pré-requis dans l’une de ces deux langues. Cette finalité octroie aussi une co-diplomation  (avec l’Université de Varsovie, de Brno et de Leipzig) de l’étudiant dans les universités partenaires.

Cette finalité inclut un séjour obligatoire dans l’une des universités partenaires (Université de Varsovie, de Brno ou de Leipzig).

Retrouver les conditions d’accès et  le programme de cours du Bachelier en Langues et lettres modernes, orientation slaves ICI, pour la première année de Bachelier, cliquez ICI.

Retrouver les conditions d’accès et  le programme de cours du Master en Langues et lettres modernes, orientation slaves ICI

Les spécificités :

L’ULB est la seule université à dispenser un Master en Langues et lettres slaves en Belgique francophone. Tout en gagnant en maturité et en indépendance intellectuelles, les étudiants y acquièrent une très bonne connaissance de la littérature et de la culture de plusieurs pays slaves, doublée d’une aptitude à utiliser les langues de ces pays sur le terrain. Une population estudiantine dynamique et pluriethnique, des professeurs qui enseignent leur langue maternelle, des lecteurs étrangers, des cours-séminaires animés par des savants de renommée mondiale, un Centre scientifique tchèque, des bourses régulières de séjours linguistiques auprès des universités polonaises attribuées à nos étudiants par le Gouvernement Polonais et en collaboration avec l’Institut Polonais à Bruxelles et une Chaire internationale russe sont autant de raisons pour suivre ce Master à l’ULB. De plus, la finalité européenne en Langues et cultures de l’Europe centrale prévoit un séjour dans l’une des universités partenaires de l’aire géographique et culturelle étudiée.

Les atouts professionnels :

Depuis 1989, grâce à l’élargissement de l’Union européenne et au rapprochement avec les pays de l’Europe centrale et orientale, les perspectives professionnelles se sont multipliées. La maîtrise de deux ou trois langues slaves ainsi qu’une bonne connaissance des réalités sociales et culturelles de l’Europe centrale et orientale ouvrent aux diplômés de ce Master les portes du marché de l’emploi public ou privé. Outre l’enseignement et la recherche, le commerce, l’industrie, le secteur culturel ou tertiaire constituent des débouchés importants. Cette formation donne ainsi accès à des carrières en relations internationales, relations publiques, tourisme, communication multilingue, tant en entreprise que dans le secteur institutionnel.

Implication du décret Paysage (Marcourt):

Légende:

1) Les flèches bleues sont les pré-requis souples (= il est entendu que le cours est pré-requis du point de vue de la matière et de la connaissance mais cela ne vous empêche pas de continuer votre année).

2) Les flèches rouges sont les pré-requis fixes (= si l’étudiant n’a pas réussi le cours en pré-requis, il n’aura pas accès au cours que pointe la flèche rouge).

A savoir qu’il ne faut pas confondre « critère de réussite » qui veut dire que vous avez réussi votre année (il vous faut alors 60 ECTS réussis) avec « l’admission à la poursuite du cursus  » (là, il vous faut au minimum 45 ECTS acquis pour pouvoir accéder aux cours du bloc 2 et la poursuite du cycle) mais votre année n’est pas considérée comme réussie.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir.

BASLAV

MASLAV